Archive de la catégorie ‘A propos de’

Transparence sur la qualité de l’air en piscine fermée

Mardi 5 février 2013

Transparence sur la qualité de l'air en piscine fermée dans A propos de dsc00306-copie1-300x225 

                            Il y a de nombreuses années déjà que la qualité de l’air dans les piscines fermées pose de sérieux problèmes de santé pour les usagers. Quelle est la situation en 2013 ? Peut-on aujourd’hui fréquenter les établissements aquatiques en toute confiance?

                             Du nouveau-né à l’adulte, des personnes en bonne santé à ceux qui sont fragile ( problème respiratoire ), les conséquences sont elles les mêmes pour tous?

                             Il n’est pas besoin de parler des bienfaits de la natation ( loisirs, sportive…) apporte à l’ensemble de la société, c’est un fait reconnu et, logiquement, la fréquentation des établissements aquatiques est en constante augmentation. Cela ne se fait pas sans modification de nombreux paramétres de sécurité, hygiène et d’organisation.

                            La plus part des piscines utilisent le chlore comme désinfectant parce qu’il est efficace et peu cher « le chlore est le meilleur désinfectant à l’heure actuelle pour les piscines » ( Conseil Supérieur de la santé belge ). Présent dans l’eau, il agit sur les composants organiques produits par les baigneurs ( sueur,salive, urine…) par une série de réactions chimiques pour les neutraliser. Ces nouvelles molécules formées s’appelent des chloramines.

 

                          LA TRICHLORAMINE – NCL3:

 

                       C’est l’aboutissement de l’interaction entre chlore et déchets organiques. Cette molécule est responsable de l’odeur de chlore lorsqu’elle est trop concentrée dans l’enceinte de l’établissement.

                              Il y a un lien très étroit entre les concentrations de chloramines dans l’eau et dans l’air puisque les échanges se font en permanence. La norme officielle de concentration maximale dans l’eau est de 0,60mg./litre. La valeur limite de confort ( odeur de chlore ) de l’air intérieur est éstimée à 0,50 mg./ m3 (ENSP 2009 ). Il n’existe pas de réglementation fixant la concentration maximale de chloramines dans l’air mais seulement une recomendation d’une valeur maxi. de 0,30 mg./ m3 ( ANSES 2006 ).

 

                              LA BRONCHIOLITE:

 

                       C’est une infection virale des bronches terminales qui touche les nourrissons et les très jeunes enfants. Elle se manifeste par des excès de secrétion provocant des difficultés respiratoires.

                              Les symptômes sont: Respiration bruyante, toux séche, difficulté à s’alimenter, parfois vomissements. La bronchiolite peut favoriser l’apparition d’athsme ou de bronchite plus tard.

                              Les rapports et articles de journaux sont nombreux à ce sujet, en voici quelques extraits:

                               » La pratique des bébé-nageurs n’est pas sans risques pour les poumons encore immatures des tout-petits, car elle occasionne un risque accru de bronchiolite selon un expert toxicologue… pour l’instant nous voyons les effets à court terme, l’étude se continue…l’athsme est reconnu comme maladie professionnelle pour les maître-nageurs  » ( l’express le 21/07/2010 ).

                              « … les bébé-nageurs ayant été atteind de bronchiolite avaient également des risques plus élevés de développer dans l’enfance asthme et allergies respiratoire… » ( Journal international de médecine, Dr. Demonet allergologue – 2010 ).

                              « … il y a une augmentation significative de la prévalence de l’asthme chez les nageurs d’élite… malgré des résultats contradictoires, nous admettons que les nageurs d’élite rapportent plus de symptômes des voies respiratoires… » ( CSS 2012 ).

 

                                BILAN – RECOMMANDATIONS:

 

                             Bien sûr, beaucoup de monde travaille à garantir la sécurité du public dans les piscines et ce n’est pas si simple entre les piscines anciennes, les priorités budgétaires, les démarches administratives  etc … on comprend les difficultés à mettre en place rapidement  une réglementation claire, précise et efficace mais on aimerait plus de transparence sur ce sérieux sujet!

                           1- Aujourd’hui, les établissements de bain public ont obligation de:

Faire des contrôles au moins 2 fois par jour du ph,  des chloramines, du stabilisant. Les résultats sont notés sur le carnet sanitaire de l’établissement.

Un contrôle extérieur ( DASS) une fois par mois avec prélèvement d’echantillons pour analyses bactériologique et physicochimique en laboratoire indépendant.Les résultats sont envoyés par mail à la mairie et doivent être affichés à la piscine à la vue du public.

Au niveau de la prévention du risque de contamination, l’accès à la baignade est interdit aux personnes contagieuses: Infertions cutanées, diarrhées, rhinopharyngites ( Agence Régionale de santé midi-pyrénée 2012).

                           2 – On constate que:

Plus les bassins sont chauffés plus il dégagent de substances toxiques ( les séances bébé-nageurs se font dans une eau à 31/33°).

Plus le volume d’eau et le volume d’air sont réduits, plus les concentrations toxiques sont fortes.

Plus la fréquentation est importante, plus il y a de déchets et plus le besoin de désinfectant augmente.

Plus l’odeur est ressentie,plus la concentration de chloramine est forte.

                            3- Recommandation:

                             Suite à cette situation, des décisions ou des améliorations ont eu lieu :

* Pour les bébé-nageurs, il est déconseillé de fréquenter les piscines traitées au chlore avant 2 ans.

* Les enfants de moins de 5 ans doivent présenter un certificat médical pour pratiquer l’activité bébé-nageur.

* Les risques sont plus importants lorsqu’il y a des antécédent médicaux, la fréquentation est alors déconseillée.

* Les améliorations de la qualité de l’air passent par une ventilation mieux adaptée à la fréquentation de l’établissement avec un contrôle des chloramines dans l’air respectant une concentration limite de 0.30 mg./m3  ( débit d’air neuf recommendé: 60 m3 / heure ).

* Une meilleure hygiène des baigneurs qui doivent prendre une douche savonnée avant la baignade ( on doit donc trouver du savon aux douches de l’établissement). C’est sans doute le point le plus important, le moins onéreux et le plus rapide à mettre en place .

* Un contrôle rigoureux du chlore et des chloramines dans l’eau puisqu’en dépend directement la qualité de l’air.

* L’apport quotidien  »d’eau neuve » au moment de forte fréquentation  permet de rééquilibrer les concentrations excéssives dans les bassins.

* Les plages, les vestiaires et les douches sont souvent désinfectés avec des produits chlorés en utilisant des concentrations très supérieures au besoin d’entretient ce qui produit des chloramines en plus: 150mg/litre d’eau suffisent à garanti la désinfection ( laisser sécher ) soit 1 cl de javel à 36°/ 10litres d’eau ( ENSP 2009 ).

 

                                          LES ORGANISMES CONSULTES :

 

* CERTU: Centre d’Etudes sur les Réseau, Transports et Urbanisme ( Ministère de l’écologie et du développement durable).

* ANSE: Agence Nationale de sécurité Sanitaire.

* ENSP: Ecole Nationale de santé Publique.

* SFP: Société Française de Pédiatrie.

* ARS: Agence régionale de Santé ( région Midi-pyrénées ).

* CSS: Conseil Supérieur de la santé ( Belgique ).

                                           REMARQUE:

                                           Il n’existe pas d’étude de pollution de l’air pour les piscines découvertes, mais on peut raisonnablement penser que les inhalations toxiques y sont extrêmement faibles et difficilement quantifiable.

                                           La désinfection de l’eau peut se faire avec d’autres produits, mais à ce jour, aucun n’apporte de meilleure solution: trop chère,trop toxique…

                                            Les recherches les plus promèteuses consistent à mettre en place un traitement complémentaire au chlore: Les lampes à rayon U-V par exemple qui sont capable de détruire les chloramines, sans polluer, améliorant ainsi significativement la qualité de l’air. De plus en plus répandus, ces procédés complémentaires se développent en France.

                                            EN CONCLUSION:

                                            L’état des établissements, les odeurs de chlore, les informations affichées au public, la fréquentation doivent être pris en compte pour faire le choix de la baignade. La prudence doit redoubler lorsqu’il s’agit de jeunes enfants, de personnes ayant des difficultés respiratoires. En cas de maladie contagieuse pensez à rester chez vous !

                                             La natation, sous toutes ses formes, reste une des activités privilégiée pour le développement, l’entretien et le bien être de l’individu.

                                            B.L.

 

                                          

                                                                                                                  

LE POINT DE COTE : Comment s’en débarasser ?

Samedi 11 février 2012

               La cause du point de coté n’est pas encore connue de manière précise. On parle du brusque afflux sanguin dans le foie ou la rate; il existe trois autres hypothèses pour expliquer son apparition:

                – Une mauvaise oxygénation du diaphragme qui joue un rôle primordial dans la mécanique respiratoire.

                 – Des tensions sur les ligaments qui relient les organes abdominaux au diaphragme.

                 - Des frottements entre les deux feuillets du péritoine, membrane qui tapisse la paroi abdominale.

                 Conseils pratiques pour les éviter:

                 - Faire toujour un échauffement progressif.

                 – Respecter un délai suffisant entre repas et effort: 3 heures environ.

                 - Ne pas boire de boissons sucrées pendant l’effort.

                 - Boire de petites quantités d’eau avant et pendant l’entrainement.

                 Pour le faire disparaître:

                 – Arrêter l’effort, respirer calmement en se concentrant sur l’expiration; masser la zone douloureuse.

 Le point de coté disparaît assez rapidement après l’arrêt de l’activité, ce qui permet de le differencier de pathologies plus graves.

 ( natation pour tous ) B.L.

Présentation du club

Mardi 24 janvier 2012

     Ce blog a été créé à l’initiative du bureau du club de natation estivale  » le dauphin sévéragais ». Il a pour mission d’informer, de montrer, de commenter les évènements qui marquent la vie du club.
        Les membres permanents du bureau sont:

Président:                                             Bernard  Laffargue.

Secrétaires:                                         Sabine Dupré,Véronique Mouysset et Magali Peyrat.

Trésorières:                                          Delphine Perrin et Rébecca Seguin.

Entraineur.                                           Bernard Laffargue.


         Les thèmes abordés dans le blog ne se limitent pas à la natation sportive, mais aux sports et à l’activité aquatique dans son concept le plus large. Nous nous adressons aux enfants mais aussi aux parents et grands-parents en espérant que tout le monde puisse y trouver un interêt personnel. Nous encourageons les visiteurs à  formuler des critiques, des commentaires, des suggestions pour participer avec nous à l’animation de ce blog…

SEVERAC-LE-CHATEAU, dans l’ Aveyron, est à 20 minutes des gorges du Tarn ou du viaduc de Millau.

                                      B.L.